DÉFICIT ET DETTE PUBLIQUE

L'ÉCONOMIE EN 2 MINUTES (OU MOINS)

Curieusement, on confond souvent déficit et dette publique . Certes, les deux termes sont liés aux dépenses d’un pays, mais ils sont pourtant bien différents : alors que le déficit est l’insuffisance des revenus du gouvernement par rapport à ses dépenses (ce qu’on appelle généralement une perte quand on parle d’une entreprise) pour période donnée, la dette publique, quant à elle, est l’accumulation des déficits au fil des ans. Si on supposait, par exemple, que le Canada possédait une carte de crédit pour payer ses dépenses, son déficit serait le montant de son endettement mensuel (en supposant qu’il soit moins élevé que ses revenus), alors que la dette serait le total des endettements mensuels qui n’ont pas encore fait l’objet d’un remboursement.

Puisque la dette publique représente une accumulation de déficits dans le temps, elle sera donc toujours plus élevée que le déficit. Mais, il est toujours possible de la réduire lorsque les finances du gouvernement affichent un surplus (un excédent des revenus sur les dépenses) et que le gouvernement prend la décision d’affecter une partie de son surplus (ou la totalité) au remboursement de la dette. Les surplus sont cependant plutôt rares et la plupart des gouvernements occidentaux génèrent pour la plupart des déficits qui viennent s’ajouter à la dette publique. Ainsi, depuis 2010, la dette publique canadienne (qui comprend à la fois la dette du gouvernement fédéral et celle des gouvernements provinciaux) a passé le cap du mille milliards de dollars et cette somme continue de croître à mesure que les déficits se poursuivent. Bien entendu, ce chiffre peut sembler énorme, mais il signifie peu de choses en lui-même (surtout quand on considère l’inflation et les variations du taux de change). C’est pour cette raison que les économistes ont recours à divers indices pour mesurer le taux d’endettement d’un pays. Le plus connu de ces indices est le rapport dette-PIB qui, comme son nom l’indique, exprime le taux d’endettement sous forme de pourcentage du produit intérieur brut (la mesure la plus courante de l’ensemble des revenus d’un pays). À titre indicatif, au Canada, le rapport dette-PIB se situe aux environs de 60 %, ce qui signifie qu’il faudrait utiliser 60 % du montant total du PIB annuel pour payer la dette publique canadienne. Une autre façon, plus dramatique celle-là, de représenter le niveau d’endettement est de l’exprimer sous forme de dette per capita . Pour obtenir cet indice, on divise le montant totale de la dette publique par le nombre d’habitants. On obtient ainsi le montant que chaque habitant serait tenu de verser pour rembourser la totalité de la dette publique (ici encore, à titre indicatif, notons que ce montant se chiffre à environ 35 000 $ pour chaque canadien à l’heure actuelle).

Même si les gouvernements réussissent rarement à rembourser la totalité de leur dette, ils doivent néanmoins tenus de payer les intérêts sur cette dette s’ils veulent pouvoir continuer à emprunter et dépenser. Ce paiement des intérêts se nomme le service de la dette et il peut représenter une partie importante des dépenses du gouvernement (au Canada, environ 10 % du budget du gouvernement fédéral est consacré au service de la dette). Le service de la dette est souvent réalisé par l’émission de titres du Trésor comme les bons du Trésor ou les obligations d’épargne du Canada .

Même si le montant de la dette publique augmente de façon relativement constante (compte tenu du fait qu’il s’agit d’un gros montant et que les taux d’intérêt sont plutôt stables), il n’en est pas de même du montant des déficits qui varier considérablement d’une année à l’autre, le plus souvent en raison des changements de gouvernement (ou de priorités au sein du gouvernement). Par exemple, un gouvernement peut décider de faire des investissements importants dans la construction de nouvelles routes, ce qui augmentera le déficit pour cette année-là (bien que de nouvelles routes favoriseront vraisemblablement les échanges commerciaux à long terme, ce qui pourrait mener à une croissance du PIB et, par conséquent, une réduction du taux d’endettement).

EN IMAGES

LEXIQUE

Déficit :
Deficit
Dette publique :
Public debt
Mille milliards :
Trillion
Rapport dette-PIB :
Debt-to-GDP ratio
Dette per capita :
Debt per person
Service de la dette :
Debt servicing
Titres du Trésor :
Treasury securities
Bons du Trésor :
Treasury bills
Obligations d’épargne du Canada :
Canada Savings Bonds

QUIZ

Déficit ou dette : 35 000 $ par canadien (2015) ?

Dette

Déficit ou dette : 1 900 000 000 $ (2015) ?

Surplus

Déficit ou dette : 1 400 000 000 000 $ (2015) ?

Dette (gouvernements fédéral et provinciaux)

Déficit ou dette : 25 900 000 000 (2015) ?

Service de la dette

SOURCES